Jeter les dés ne me suffit plus :
4] AU HASARD DES JEUX

Dans notre série d'articles Jeter les dés ne me suffit plus, après l'introduction Pourquoi le gameplay est important puis les trois premières parties Définir le gameplay, Paramètres de gameplay & jouabilité et L'agentivité et le système-monde, voici le quatrième article où on commence à mettre les mains dans le moteur pour causer de game-design...

4] AU HASARD DES JEUX

Cette chasse au gameplay dans la jungle touffue du jeu de rôles est une entreprise de longue haleine : si vous êtes là depuis le début, déjà, je vous en remercie. On a maintenant suivi différentes pistes pour tenter d'identifier l'animal et grimpé quelques hauteurs théoriques pour repérer notre proie : il est presque temps de s'enfoncer dans les sous-bois de la mécanique de jeu pour approcher l'animal.
Mais vu le nombre de notions abordées depuis le début, accordons-nous un petit bivouac explicatif, ne serait-ce pour rassembler notre équipement conceptuel en récapitulant un peu...

En Français, le "jeu" peut désigner deux choses : d'une part l'objet mental et/ou physique avec lequel on joue, et d'autre part le divertissement qu'il génère, l'activité consistant à jouer avec ce jeu. Ça produit un paquet de confusions, mais elles peuvent être assez aisément dissipées si on utilise l'Anglais comme détrompeur, puisque cette langue-là distingue l'objet, "game", de son utilisation, "play" (voir l'article 1 de cette série).

Un jeu est de fait une construction essentiellement virtuelle : dans sa plus simple expression, il n'est fait que de règles, des instructions arbitraires conçues pour orienter l'activité vers le fameux but du jeu, donc lui donner un sens, et encadrer l'action des participants.
Ces règles peuvent alors être explicites, transmises aux joueurs pour qu'ils les respectent, ou implicites : dans les jeux plus complexes, elles s'apparentent alors à des mécanismes, des ressorts internes qui assurent le fonctionnement et produisent des effets variés, mais qui ne sont découverts par les joueurs que s'ils y prêtent attention.
Mais une conceptrice de jeu, elle, va même devoir s'aventurer plus loin dans la mécanique virtuelle...

Lorsqu'un jeu atteint une certaine complexité, il nécessite une interface pour être manipulé, parfois physiquement, et s'appuie alors sur divers supports : des pions, des marqueurs, un plateau, des dés, des boutons et un écran, des fiches... et des règles écrites, c'est à dire non seulement explicites mais enregistrées, compilées en texte et peut-être même illustrées pour être plus facilement transmises, apprises et consultées.
Mais les supports matériels, les documents de références et mêmes les règles explicites ne représentent toujours qu'une mise en forme du jeu : une incarnation tangible donnée à un objet qui reste virtuel par essence, qui ne fonctionne que dans nos têtes, parce qu'il y fait sens.

Ainsi, nombre des mécanismes du jeu, les règles et rouages internes qui assurent son fonctionnement, sont le plus souvent mathématiques ou sémantiques : ils reposent sur des nombres (qui peuvent alors être matérialisés sur des cartes, des dés, des fiches...) et sur des mots, composés en phrases dont le sens produit des règles d'interaction, y compris entre les nombres. Par exemple, si un personnage est retiré du jeu quand il tombe à 0 points de vie, l’arithmétique ne suffit pas à produire l'effet : elle assure certes le calcul jusqu'à la valeur 0, mais c'est la sémantique qui indique le résultat, qui signifie la conséquence "alors ce personnage dégage".
La mécanique des jeux ressemble en cela au code informatique : on emploie un langage pour désigner des conditions, des options et des conséquences, que l'activation par les utilisateurs va déclencher, et dont on va ensuite leur afficher le résultat sous une forme compréhensible par un humain (ce que, de manière intrigante, l'Anglais appelle "display").

Là où ça devient quand-même assez tordu, c'est que même le recourt au langage n'implique pas nécessairement qu'un mécanisme sera explicite. (Argh !)
Ainsi, même quand une règle écrite énonce qu'on peut piocher des ressources jusqu'à épuisement de la réserve, elle ne précise pas nécessairement que l'importance stratégique de la ressource va inciter une ruée des joueurs pour se l'approprier, donc faire l'objet d'une compétition à l'intérieur du jeu.
Cette déduction, comme le choix peut-être laissé aux joueurs de négliger cet aspect-là pour se concentrer sur d'autres ressorts du jeu, appartient déjà au gameplay : l'usage du jeu.
Mais pour reprendre la traque, considérons justement quelques aspects mécaniques...

Livret-Médaillon-Mécanique

ÉPREUVE, INCERTITUDE & TENSION  LUDIQUE
La mécanique de jeu peut contenir plus ou moins de rouages et produire des effets parfois franchement complexes, ne serait-ce que par l'interaction entre ses différents mécanismes. Mais on peut déjà en isoler un principe, un dispositif ludique si essentiel qu'il est déjà, à sa petite échelle, une représentation de toute la notion de jeu et un condensé de gameplay : une épreuve.

Ce que j'appelle une épreuve ludique (et dont j'ai déjà parlé dans le Carnet Ludographique #2) consiste principalement en trois choses :
un objectif, qui est l'équivalent ponctuel d'un but du jeu et qui implique généralement un "enjeu", c'est à dire quelque chose à gagner et/ou à perdre,
une difficulté à atteindre cet objectif, qui suscite justement le challenge, la part de défi qui donne son intérêt au jeu et
des moyens d'action, disponibles aux joueurs pour tenter de dépasser cette difficulté.

Pour reprendre mon bon vieil exemple des fléchettes, l'objectif y est simplement représenté par la cible et la difficulté par la distance : si on jouait à une longueur de bras de la cible, on aurait même pas à lancer nos fléchettes pour l'atteindre, il n'y aurait pas de challenge et pas d'intérêt. Tout simplement parce qu'on réussirait à tous les coups.
Ce qui fait justement apparaître l'intérêt du challenge : l'incertitude.
C'est bien parce qu'on ne sait pas si on va réussir que le challenge est un défi, une invitation à nous mesurer à la difficulté. C'est ce qui fait dire à l'écrivain et éditeur américain John Ciardi : « Tous les jeux jamais inventés par l'humanité consistent à créer de la difficulté pour le plaisir. », quand Alfred Capus (journaliste assez rassi déjà cité dans le segment Plaisir & difficulté du Radio Rôliste #49) disait : « Je ne joue pas pour gagner ou pour perdre. Je joue pour savoir si je vais gagner ou si je vais perdre. ».

C'est la formulation la plus basique de la tension ludique, qui fait tout l'intérêt de l'épreuve : la crainte de l'échec et pourtant la volonté d'en courir le risque pour pouvoir, peut-être, gagner. C'est cette tension qui retient l'attention des joueurs et qui les mobilise au jeu, qui les engage à jouer et à s'investir.
(Elle aurait d'ailleurs une valeur toute particulière dans les jeux de rôles parce que, si elle est ressentie par les joueurs, elle ouvre en fait la porte à un autre élan émotionnel bien utile aux jeux de narration : la tension dramatique, celle qui attise cette fois votre désir de connaître la suite d'une histoire. Ça aussi, on y reviendra.)

LA RÈGLE 0
Il est une intéressante notion de game-design qui veut que, plutôt que d'entasser n'importe quoi sous le capot d'un véhicule ludique, on puisse évaluer la pertinence minimale d'un mécanisme de jeu par le simple fait que la présence de ce mécanisme produise des résultats plus intéressants que l'absence de mécanisme. Ça semble assez évident, j'en conviens, mais ce n'est pourtant pas aussi largement appliqué que ça le devrait et, surtout, ça a une conséquence particulière dans les jeux de narration comme le jeu de rôles : pour que l'histoire avance, le moyen le plus simple de résoudre l'action d'un joueur n'est pas de recourir à la mécanique de jeu, c'est tout connement d'intégrer l'action à la narration.
Vous voulez forcer la porte verrouillée ? Hé ben crac, elle est enfoncée, on peut passer à la suite.
Et si on trouve que ça manque quand-même assez fort de challenge, il suffit alors d'y appliquer des conséquences ludiques et narratives intéressantes : enfoncer la porte relance l'action en attirant les gardes, en déclenchant un piège vicieux ou en s'ouvrant sur une révélation (évidemment) fracassante.
Et si un mécanisme de jeu n'a rien de mieux à offrir que la règle 0, alors il n'est pas seulement inutile, il est encombrant.

_____

LE JEU EN ACTION
Une fois suscité l'intérêt des joueurs, le désir d'atteindre l'objectif malgré la difficulté est alors canalisé vers le troisième aspect de notre épreuve ludique : les moyens d'action mis à disposition des joueurs. Et là, si vous avez un peu suivi ce que je raconte depuis le début, vous devriez commencer à repérer les empreintes toutes fraîches de l'animal gameplay...

Ce désir d'agir, excité par la tension ludique, se traduit évidemment par la volonté d'influencer l'issue de l'épreuve : c'est comme ça qu'on relève le défi, c'est comme ça qu'on s'investit, c'est comme ça qu'on peut gagner et donc, à bien des égards, c'est comme ça qu'on joue. Face au défi de la difficulté, c'est à travers ces moyens d'action que se traduit la réponse des joueurs, l'activité du jeu : qu'il s'agisse de lancer de son mieux une fléchette sur une cible, de presser fébrilement les boutons pour détruire un monstre de pixels ou de planifier sa stratégie avant d'abattre ses cartes dans un rire sardonique, c'est bien l'action et même l'effort des joueurs qui suscite l'agentivité et qui met en œuvre le gameplay, qui en fait représente rien moins que leur participation effective au jeu.
Et pour que cette participation ait un sens, pour que le challenge existe et pour que l'action des joueurs présente un intérêt ludique, il est donc indispensable que les joueurs exercent une influence sur le jeu. Il faut qu'ils puissent peser sur le résultats de leurs actions, ne serait-ce qu'en choisissant parmi des options, en calculant les risques ou en inventant une tactique, en s'évertuant à maîtriser la fléchette ou la manette, en un mot en produisant un effort pour vaincre la difficulté.

C'est tout simplement ce qui justifie l'existence de mécanismes dans le jeu : traduire le pouvoir des joueurs. Alors, pour manifester ce pouvoir de jouer et stimuler l'agentivité des joueurs, le jeu de rôles, ce parangon du système-monde et du libre-arbitre ludique, après plus de 40 ans d'évolution depuis qu'il fut enfanté du wargame, profitant de son extrême virtualité, de son intensité narrative et de son aisance à incorporer les multiples artefacts développés pour le jeu de plateau, le jeu vidéo et les jeux de cartes, pour satisfaire l'exigence revendiquée des rôlistes, par le travail acharné de ses héroïques concepteurs dont les noms et les théories agitent tant de discussions au sein de notre communauté, le JdR donc a produit cette merveille d'action ludique qui consiste à jeter les dés pour tirer les résultats au hasard !?!?
Excusez-moi de vous demander pardon mais est-ce que, par hasard, ON SE FOUTRAIT PAS UN PEU DE NOTRE GUEULE, LÀ ?

Et alors là, attention, comprenons-nous bien : je ne rejette pas en bloc la notion de résolution aléatoire, même pas l'idée un peu simpliste de résolution des actions. Il y a non seulement de bons usages de l'aléa en JdR, mais jeter des dés peut produire plein de tension ludique et de mécanismes intéressants quand on décide d'exploiter le principe.
Mais si 'jeter les dés ne me suffit plus', mais alors plus du tout, c'est pas seulement passqueuh ça m'énerve moi-perso qu'un #¤%µ& de bout de plastique décide à lui tout seul si mon action en jeu va avoir des conséquences positives, négatives ou -pire encore- pas de conséquences du tout. C'est parce que, en tant que joueur qui voudrait qu'on accorde un peu d'attention à son agentivité, en tant que MJ qui tient à en accorder à ses joueurs, en tant que consommateur qui paye assez cher pour un produit sensément fonctionnel et -occasionnellement- un concepteur de jeux qui trouve effectivement légitime de se sortir les doigts du cul pour tenter de satisfaire la clientèle, je trouve que non seulement les rôlistes mais carrément cette merveille ludique qu'est le jeu de rôle méritent mieux que ça, mieux que "bah jettes un dé, on verra bien si t'y arrives".
Je trouve même que le jeu de rôle exige mieux que ça. Ne serait-ce que pour se mettre un tantinet en conformité avec toutes ses hautes ambitions.
Mais il ne suffit pas que je m'énerve pour démontrer mon point de vue : quand on veut remettre en question une mécanique, il faut la démonter...

 

Livret-Médaillon-Gameplay

 

ALÉA SA PERTE
S'il y a de multiples justifications à la prédominance de la résolution aléatoire dans nos mécaniques de jeu, et même si on peut en tirer des mécanismes qui dépassent de très loin l'exigence minimale de la "Règle 0", se contenter de l'aléa comme principal mécanisme des jeux de rôles, c'est un peu comme de concevoir un circuit de Formule 1 pour le seul usage des voitures à pédales.
Laissez-moi enfoncer le clou -et quelques portes ouvertes- en réponse aux arguments qu'on m'oppose le plus à ce sujet (attention, ça va un peu causer de maths)...
→ Si ça vous intéresse, il y a une pleine page Wikipédia sur les probabilités en JdR...

► "Les dés sont la seule vraie source d'incertitude."
Nope, pas du tout. Les dés font un bon générateur aléatoire, mais un paquet de cartes battues, pierre-papier-ciseaux et autres jeux de comparaisons "plus ou moins au hasard" 1, les osselets, les runes, les jeux d'attritions aux scores constamment réactualisés, le fait de comparer une valeur connue à une valeur cachée ou même l'imprévisibilité des conséquences (voir l'exemple de la porte effectivement enfoncée sur simple demande) sont déjà des facteurs d'incertitude importants.
Par exemple, face à une porte fermée, même s'il est établi qu'elle s'ouvrira pour peu que le personnage ait un score de Force suffisant, le simple fait d'ignorer le seuil de réussite produit déjà l'incertitude et amène la possibilité de l'échec. Si en plus la différence entre ce score du PJ et le seuil de résistance de la porte peut produire des conséquences imprévisibles (la porte cède au premier contact et le PJ est projeté à l'intérieur par l'élan, la porte cède à moitié et il subit des dommages en l'enfonçant...), l'incertitude augmente encore.
Tout ça sans le moindre moteur aléatoire.
Si votre but est de susciter la tenson ludique en générant de l'incertitude, il existe donc des tas de moyens au moins aussi efficaces que les dés, beaucoup plus rapides, bien plus faciles à utiliser (à mesurer, à compiler...) et qui ne nécessitent pas de matériel spécifique (et payant).

L'intérêt d'un générateur aléatoire comme les dés, c'est de produire plus que de l'incertitude : des probabilités d'une part, et d'autre part une gamme de valeurs numériques qu'on peut comparer, additionner, diviser etc. (mais qu'on peut aussi obtenir avec des cartes et quelques autres supports). Si votre mécanique a besoin de quantifier et qu'elle nécessite l'aléa, dés et cartes sont intéressants.
Et si les cartes peuvent être produites spécifiquement pour l'usage du jeu, et peuvent alors produire des effets beaucoup plus variés et particuliers, le principal avantage des dés c'est qu'on part du principe que tous les rôlistes en ont déjà. Ce qui n'est pas nécessairement exact, mais généralement vrai.
Vous les avez payés en plus des jeux, par contre, mais ça n'est pas complètement "un hasard" : il faut bien faire tourner le commerce.

► "Les dés, au moins, ils sont équiprobables."
C'est pas faux, mais ce n'est absolument pas un critère de qualité mécanique, encore moins de gameplay.
D'un strict point de vue probabiliste, l'intérêt des dés est de produire une plage de résultats raisonnablement équiprobables à chaque lancer. Quels que soient le nombre de jets que vous faîtes ou les résultats précédents (et malgré toutes les croyances qui s'y attachent), à chaque fois que vous refaites rouler les dés, les probabilités de chaque "événement" (ici l'affichage d'un chiffre spécifique) sont remises à zéro et donc, de fait, équiprobables. Les cartes, elles, n'offriraient ce genre de probabilités que si on les remettait dans le paquet pour les battre consciencieusement après chaque utilisation (rien qu'en le disant, on sent comme ça ferait chier).

Sauf que l'équiprobabilité, sans autre facteur de compensation (gammes de résultats compensés, logarithmes, etc.), implique que vous ayez à chaque jet autant de chances de produire des résultats sans grande significations ludiques ou narratives que des réussites, des échecs, des miracles et des catastrophes (dès qu'on ajoute la notion de réussite et échec "critiques", très répandue). D'un point de vue ludique et narratif, c'est à dire selon les principaux critères qui devraient mesurer la qualité d'un mécanisme de jeu de rôles, c'est complètement idiot : pourquoi diable devrais-je avoir les mêmes chances de produire un résultat inintéressant qu'un résultat dramatique ?
À force de se baser sur l'équiprobabilité, on aplatit la signification en même temps que les occurrences, et ce n'est plus seulement le jeu qui est aléatoire : la narration le devient aussi.

PROBABILITÉS "NARRATIVES" ?
Si ce qui nous intéresse est de produire une norme de résultats aléatoires dont certaines occurrences vont s'écarter nettement pour produire non seulement l'incertitude mais carrément l'espérance, la crainte et la surprise, des dés peuvent le faire avec des tirages aléatoires "compensés". En clair : on jette plusieurs dés à la fois, on additionne les résultats et le résultat de chaque dé est donc compensé, aplani par les résultats des autres dés.
Au final, on produit une plage de résultats où les valeurs "moyennes" sortent exponentiellement plus souvent que les valeurs "extrêmes". Par exemple, sur 2d6, vous avez 44,45% "de chances" de faire 6, 7 ou 8 (soit une probabilité de 0,4445, quand on écrit correctement une proba), mais 16,67% de faire 5 ou moins (ou inversement "10 ou plus") et seulement 2,78% de faire 2 ou 12.
D'un point de vue plus narratif, c'est donc un jet de dés qui produit "presque toujours les mêmes résultats moyens, et de grosses surprises de temps en temps" (je vous assomme pas avec la loi normale et les courbes de distribution dîtes "gaussienne"). C'est donc exactement ce qu'on attend de probabilités "narratives" : que les surprises soient rares. Et une fois ce mécanisme en place, il n'est plus sans doute même plus nécessaire de lui ajouter des effets "critiques", puisque la surprise voulue, positive ou négative, est déjà inclue dans le jet de dés. Bien évidemment, ça marche aussi bien en jetant 3d6, 2d10 ou n'importe quel set qui vous plaira : plus vous lancerez un grand nombre de dés, plus ils seront compensés les uns par les autres, et plus la probabilité sera basse de s'écarter des résultats "moyens".
Là non plus, les joueurs n'ont toujours pas d'influence réelle sur un challenge particulier mais, d'un coup, ils savent beaucoup mieux à quoi s'attendre et le suspens est non seulement préservé, il est carrément affiné.

 

► "Les probabilités sont un bon moyen d'évaluer ses chances."
Mmmmmh : c'est discutable.
Les probabilités sont un bon moyens d'évaluer les chances qu'un événement spécifique survienne sur un grand nombre d'occurrences, et uniquement dans ce cas. Ça a l'air intuitif, mais c'est malheureusement une confusion : parce qu'elles sont conçues pour évaluer de grands nombres, les proba n'ont aucune signification raisonnable d'un point de vue individuel : ni pour une personne, ni pour une action.
C'est d'ailleurs pour ça qu'on les utilisent en wargame : parce que quand un régiment de 250 arquebusiers ouvre le feu sur 380 hallebardiers, il est utile de savoir combien de ces derniers s'effondrent. Et là, le résultats est effectivement mieux exprimé par une probabilité.

Néanmoins, lectrices et lecteurs, quand vous-mêmes entreprenez quelque chose d'incertain, pensez-vous répondre à un modèle probabiliste ? Ou est-ce que vos réussites et vos échecs ne sont pas mieux expliquées par les efforts que vous déployez, les conditions de l'épreuve, la motivation et le calme, l'instinct, l'entraînement et l'habitude, les jours où vous êtes distraits par autre chose, fatigués ou tout simplement "pas dans votre assiette" ? Ne serait-il pas alors plus logique, c'est à dire non seulement plus intuitif, plus cohérent avec le comportement humain et narrativement plus intéressant de mesurer les chances de réussite d'un perso selon son état du moment et les efforts déployés ?
Et puisqu'il existe plein d'autres mécanismes ludiques pour créer et résoudre l'incertitude, pourquoi continuerait-on de croire que les probabilités sont le meilleur modèle ?
Je crains fort que l'ancienne parenté avec le wargame soit vraiment l'unique argument en faveur de l'approche probabiliste. Mais en réalité, l'intérêt ludique des dés n'est absolument pas statistique : il est émotionnel (je finis de clouer des arguments et j'y reviens).

"Le joueur a une influence sur ses jets de dés par les scores de son PJ."
C'est assez bancal : le joueur influence indirectement les probabilités de réussite de l'ensemble de ses jets par les scores inscrits sur sa fiche de perso. Mais d'abord il y a d'autres facteurs (difficultés variables, modificateurs ponctuels, actions impossibles sur l'instant...) et même en détaillant les scores sur la fiche, ces probabilités ne peuvent toujours pas évaluer les chances de réussite d'un individu face à un challenge ponctuel, hein : c'est juste pas fait pour ça.
Quand bien même on admettrait l'argument probabiliste, ça ne signifierait toujours pas qu'un joueur a la moindre influence sur un challenge particulier, ni même qu'il exerce une action sur le cours du jeu : simplement, sur la multiplicité des jets de dés à l'échelle d'une campagne, le 18 en Force de son perso va statistiquement produire plus de réussites qu'un 14. C'est tout.
À la limite, le personnage a alors une relative influence (statistique) sur le cours du jeu à grande échelle, mais le joueur lui ? Non. Pourtant c'est bien lui qui compte quand on parle de gameplay et de challenge, c'est bien lui qui est sensé jouer et relever le défi ludique !

Soyons fous, disons pour déconner que les scores du perso représentent une influence du joueur sur ces chances de succès : quand est-ce que le joueur exerce une influence sur ces scores ? À la création de perso puis, ensuite, marginalement, quand il dépense son XP. Autrement dit, dans l'immense majorité des jeux de rôles : entre les parties.
C'est bien pendant les séances que se déroule l’essentiel du jeu, c’est là qu’on fait des choix, c’est là qu’on affronte l’adversité, qu’on gagne, qu’on perd, qu’on risque sa peau, qu'on la sauve ou qu'on y reste… Mais il faudrait donc jouer sans rien pouvoir à ses chances de succès sur le moment ? Sans pouvoir s’efforcer, négocier, risquer ni sacrifier quoique ce soit, bien souvent sans pouvoir faire de choix stratégiques ni apprendre à mieux jouer, sans réel impact sur le jeu, en fait, que de lancer des dés ?!?
C'est pas surprenant d'arriver à une déduction aberrante quand on part d'une hypothèse, fausse, certes, mais avouez que "le joueur n'a d'influence sur ses actions qu'en dehors des séances de jeu", ça se pose un peu là comme contradiction au gameplay ! Vous imaginez l'engouement pour le wargame ou les jeux de cartes à collectionner si vous pouviez seulement y constituer votre armée ou votre deck, et qu'un moteur aléatoire décidait ensuite du résultat de la partie ?

Mais il est une analogie encore plus frappante. Prenez notre cher RPG vidéo : créez votre perso, baladez vous un peu, équipez-le proprement, optimisez votre tactique par défaut, acceptez une quête... Vous y êtes ? Hé bien maintenant, lâchez la manette : vous répondez juste aux dialogues, le moteur aléatoire se charge de la suite.
Voilà en gros ce que nombre de JdR analogiques vous proposent comme gameplay. Et on s'étonne que je râle...

"Le joueur influence ses chances de réussite par les modificateurs appliqués à ses actions."
Ça se réchauffe, mais c'est encore assez inexact (désolé).
Pour que des modificateurs manifestent l'influence du joueur, il faudrait que ce soit lui qui les choisissent : malheureusement pour cet argument, dans la très grande majorité des JdR, les éventuels modificateurs aux dés sont accordés par Madame la MJ, selon son arbitrage, qui est peut-être très juste (ou pas du tout) mais qui n'est toujours pas une influence exercée par le joueur.
Pour mettre en œuvre une véritable influence du joueur sur ces fameux modificateurs, il faudrait déjà qu'ils les connaissent tous et qu'il les comprennent clairement (c'est ce qui s'appelle un choix informé). Après quoi il faut encore qu'il puisse, de lui-même, choisir d'entreprendre une action selon des critères précis pour modifier de manière fiable ses chances de succès. Enfin, il faudrait que ces critères multiples, connus et choisis par le joueur, couvre la plus large gamme possible d'actions.
Je vous la fait courte : d'ici qu'on vende les bouquins de JdR avec un manuel de modificateurs à l'usage des joueurs (plein de facteurs, plein de critères auxquels se conformer, pour la plupart des actions possibles), cet argument est invalide en l'état.

Il peut commencer à faire vaguement sens si, par contre, comme chez certains théoriciens "forgiens", on considère que la MJ est incluse dans le système : qu'elle en est un élément quasi-mécanique, un arbitre objectif qui puisse constamment évaluer les variations de chances de succès pour chaque manière d'entreprendre une action. Ah.
Je serais tenté de lui proposer le manuel des modificateurs suscités, mais on va encore m'opposer le "bon sens". Premièrement, le "bon sens" n'est pas une règle du jeu : c'est une perception plus ou moins communément acceptée de la réalité du monde (virtuel, mais avec le monde réel comme référent principal : les lois physiques, les interactions humaines, etc.).

Mais, surtout, une MJ peut elle avoir une perception objective du système-monde tout entier pour évaluer les facteurs influençant toute une gamme d'action souvent "aventureuses" dont, justement, la plupart des rôlistes n'ont pas d'expérience directe ?
Déjà, quand on voit les débats à rallonge sur le combat médiéval en armure, on peut se dire que l'objectivité va être dure à trouver rien que pour ce genre d'actions. Si ensuite on tente de l'appliquer à la furtivité (Qu'est-ce qui fait le plus de bruit quand on marche : les chaussures qui frottent ou les planchers qui grincent ? Est-ce qu'on voit mieux la nuit quand on tient une torche ou quand on évite d'être ébloui ?), aux relations interpersonnelles (trouvez-moi quelqu'un qui ait une vision objective de la chose et on en reparle), aux chances de sauter d'un cheval sur un carrosse en marche ou au tir de torpille, ce n'est plus une MJ qu'il vous faut, c'est les Mythbusters. (Mais on y reviendra en détails dans le prochain article, dans les sections sur l'arbitrage.)

Notez qu'alors le pouvoir décisionnel du pauvre joueur par rapport aux experts serait assez réduit, hein. C'est une raison de plus d'arrêter de penser le JdR comme un jeu de simulation, et la raison pour laquelle tous les participants doivent pouvoir se référer à des règles communes, c'est à dire connues de tous : c'est l'unique moyen de tous jouer à la même chose.

"Mais les jeux de hasard ont bien un gameplay !"
Ben non, puisqu'ils ne permettent pas aux joueurs d'influencer l'issue : à la place du gameplay, ils ont du hasard (d'où le nom).
Prenons l'exemple du Bingo.
On commence par y choisir, complètement au pif, des chiffres qui nous plaisent : comme dans toutes les loteries, c'est vraiment l'unique critère car, si le "tirage au sort" n'est pas truqué et que le mélangeur est équilibré, la sélection de n'importe quel numéro est au départ équiprobable (tiens, le revoilà lui). Passé le premier tirage, ça change un peu puisque, à chaque tour, l'exclusion du numéro sorti augmente marginalement mais équitablement les proba sur tous les numéros restants. Mais c'est la seule variable de probabilité : au Bingo comme dans tous les jeux de hasard, il n'y a pas de martingale, pas de choix tactique, pas même de choix vaguement rationnel à faire : en réalité, tous les chiffres se valent.
Passé ce choix au pif (donc pas vraiment un choix, en réalité, puisque pas "informé"), l'influence des joueurs est telle que vous pourriez quitter la pièce pour ne revenir qu'à la fin de la séance, vos chances de gagner seraient exactement les mêmes. Je ne sais pas quelle meilleure démonstration on pourrait faire de l'absence totale d'influence d'un joueur sur le cours d'un jeu, le déni total de son agentivité, que de vérifier que l'absence même du joueur ne change rien aux résultats du jeu !

Pourtant, des gens y jouent. Plein de gens. Suffisamment pour que la Française des Jeux fasse dans les 12 milliards d'Euros de chiffre d'affaire annuel, et 159 millions de bénéfices en 2015 (ah ça, c'est autre chose que les ventes de JdR !).
Il y a donc forcément une raison pour laquelle les jeux de hasard procurent du divertissement, et même une forme de plaisir qui peut aller jusqu'à l'addiction : c'est en fait la même raison pour laquelle on aime tellement jeter les dés. Mais elle n'a rien à voir avec le gameplay ou l'agentivité, c'est même complètement l'inverse...

"Mais moi, j'aime jeter les dés !"
Croyez-le ou non : moi aussi.
Dire que ça ne me "suffit plus" ne signifie pas que je n'aime plus le faire, simplement que je veux autre chose en plus (du gameplay et de l'agentivité, donc).
Et si tout le monde n'a pas le même degré de sensibilité au roulement du plastique sur la table en formica, le bruit, le mouvement, les couleurs, l'agitation, l'attente et -soudain- la révélation, ça nous excite tous un minimum. Dans la plupart des cas, ça nous excite même un maximum. Certaines personnes en oublient l'heure et, s'il leur est permis de parier, ils y laisseraient leur chemise, leur bagnole et plus encore.

Car si le jet de dés est très insuffisant pour produire un gameplay, le roulement des dés est, lui, une splendide incarnation sensorielle de la tension ludique : parce qu'ils roulent et cognent comme de petits tambours avant une exécution miniature en place de Grève, parce qu'on y peut plus rien une fois les dés jetés ("Alea jacta est !") et parce que ça prend juste assez de temps pour qu'on se tende comme une corde d'arc elfique dans l'attente du résultat, salvateur ou fatal. Pendant que les dés roulent, tout se joue, tout est joué, rien ne va plus, tout est possible : c'est fascinant. Et comme on ne peut plus rien faire, rien n'a plus d'importance que de scruter les polygones de plastique jusqu'à l'arrêt complet du véhicule de tension ludique, qui délivrera la sentence attendue.
Le roulement des dés, c'est du suspens cristallisé !
C'est même pas la peine de s'emmerder avec les puissants processus psychologiques en jeu, il n'y a que la poésie pour rendre justice au phénomène.
De là tous les mythes, les croyances rôlistes sur la chance et la malchance, le destin vengeur et même l'importance esthétique des dés, le fait de s'acheter les siens propres parce qu'on les trouve beaux, qu'on veut les posséder, tenir notre destin au creux de notre main.

Et si l'impact émotionnel est bien le seul argument valide en faveur de la résolution aléatoire, fort peu de concepteurs et de joueurs sont prêts à se passer de cette fascination là.
Coup de bol (haha !), on est pas obligés : avant même de s'aventurer hors de la zone de confort de la résolution (vers la modélisation, par exemple) et sans même lâcher notre précieux aléa comme source d'incertitude, il y a déjà des tas de choses à faire avec la résolution semi-aléatoire...

Enfin, pour autant qu'on comprenne vraiment à quoi et comment on joue au jeu de rôles. Parce que depuis le temps qu'on le traque, on devrait commencer à se demander Où se cache le gameplay du Jeu de Rôles ?     

  1. Car, figurez-vous, il existe des stratégies statistiquement probantes pour gagner à pierre-papier-ciseaux, donc ce n'est plus vraiment du hasard

17 thoughts on “Jeter les dés ne me suffit plus :
4] AU HASARD DES JEUX

  1. Sildoenfein

    Difficile évidement de faire une réponse complète à une série d’articles avec un seul commentaire rapide, mais voici quelques éléments qu’il m’importe de soulever.

    1. Les dés peuvent être là justement pour diluer le chalenge, diminuer l’importance du calcul et de la stratégie et, oui, ça peut être une valeur. Tout le monde ne veut pas faire du jeu de gestion.

    2. Si il y a une différence entre les personnages (caractéristiques) et/ou les situations (modificateurs de circonstances, équipement) et/ou les situations (règles différents, par exemple en donj’ entre un combat à l’arme blanche, un corps-à-corps et un lancer de sort), les participantes et les participants ont une influence majeure par le choix de leur action et de ses circonstances. Oui, les joueurs et joueuses qui sont intéressées par cet aspect connaissent les modificateurs pertinents – c’est même souvent à cela qu’on les reconnait –, ou au minimum les réclament et les négocient.

    3. Des propositions ou négociations sont également possibles sur les risques pris, les résultats visés, les conséquences.

    4. Les chalenges ne sont pas nécessairement mécaniques ou fictionnels : convaincre une autre participante ou participant, que ce soit par la logique, la séduction, l’aspect pragmatique, la tromperie est un chalenge social bien réel.

    5. L’illusion de l’influence est un facteur important. Nous ne sommes pas rationnels, ce qui nous attire ou nous plait n’est pas nécessairement ce qui est le plus logiquement efficace.

    6. J’ai le sentiment que ton exclusion de l’usage conventionnel des dés, une interaction avec le jeu dont tu soulignes la valeur en dehors du challenge, du gameplay est l’expression d’un gout personnel. Argumenté, légitime, bien entendu, mais dans l’ensemble j’ai l’impression d’une logique quelque peu circulaire, ça vaudrait peut-être la peine de défriser cela.

    Reply
    1. Sébastien Delfino Post author

      @ Sildoenfein : dans l’ordre…

      1) Ah, le coup de l’extrême inverse : les options ne sont pas limitées à « résolution aléatoire » ou « jeu de gestion », il y a des centaines de nuances entre les deux, j’ai notamment cité la résolution semi-aléatoire et je la développerai dans la suite (avant de passer à la modélisation ludique)…

      2) Tout à fait : l’exception habituelle du combat est justement très significative, ce n’est pas pour rien que j’y ai régulièrement fait allusion depuis le début mais ça nécessite sans doute une mention explicite (je ferai un encadré). D’où la question, d’ailleurs : si on sait offrir du choix tactique en combat, pourquoi le restreindre à ce seul domaine d’action ?

      3) Si les joueurs doivent négocier leur influence ludique avec la MJ, alors soit c’est un jeu de négo (et c’est donc bien le gameplay voulu, pas de souci), soit il y a un problème : si les joueurs ne peuvent influencer les dés qu’en négociant au coup par coup, d’abord seuls « ceux qui sont capables de négocier » ont une réelle influence sur le jeu, ensuite ça démontre que les règles n’encadrent pas suffisamment ces options pour que les joueurs soient effectivement décisionnaires. Et ça, c’est un gros souci pour l’agentivité comme pour l’accès au gameplay : quand tu joues à un wargame ou à un jeu de société, te paraît-il normal de négocier avec les autres joueurs le droit d’agir comme tu le sens ? Ou est-ce que vous vous référez aux règles pour ça ? Pourquoi serait-ce différent en JdR (vraie question, ta réponse m’intéresse) ?

      4) Il y en effet des tas de challenges qui reposent largement sur les joueurs (c’est le sujet de l’article 6] « Le gameplay du roleplay »), mais si un challenge se produit au sein d’un jeu de rôles, alors il n’est pas ludique ou narratif : il doit être les deux.

      5) L’illusion de l’influence est acceptable dans le cadre de l’agentivité (puisque c’est une impression), elle pose par contre de vrais problèmes au sein du gameplay : quand tu joues à un jeu de plateau ou un jeu vidéo, te contentes-tu de l’illusion de jouer ? Pourquoi t’en contenterais-tu en JdR (toujours une vraie question) ?

      6) J’admets ton impression mais si je consacre 70.000 signes à compiler les bases théoriques, si j’argumente et si je démontre, c’est bien pour dépasser la simple opinion et pouvoir discuter de manière factuelle, rationnelle et donc fertile.
      Maintenant, si tu es prêt à argumenter cette impression, elle m’intéresse. 🙂

      Reply
      1. Steve J

        Je m’insère dans votre discussion pour commenter le point 6).
        En faisant un travail de conceptualisation tu es amené à faire plusieurs zooms sur ton objet (le JDR) et j’ai l’impression que ta démarche t’amènes à passer à côté de pas mal d’arguments défendant l’usage de la résolution aléatoire (loin des arguments de type hommes de paille que tu listes).

        De la même façon que je ne conseillerai pas à un microbiologiste, fut-il compétent, de pointer son microscope pour observer le paysage, je ne suis pas bien certain que ta focalisation sur les seuls échanges et sur la notion de challenge soit bien fertile pour comprendre ce que lancer les dés veut dire.
        Je développe.

        1) Sur la notion d’échange

        Un écueil courant des critiques rôlistes consiste à confondre le Système de jeu avec ses seules mécaniques de résolution, mécaniques que l’on pourrait isoler et qui feraient sens en elles-même.
        Dans le milieu des commentateurs sportifs on ne comprendrait pas que le commentateur d’un match de foot se contente d’intervenir pendant les rares moments où un tir part vers le but, et encore en se contentant de décrire la trajectoire du ballon. On attend de lui qu’il commente toutes les interactions menant (ou ne menant pas) aux tentatives de tirs au but.
        En JDR on ne s’offusquera pas de n’analyser les mécaniques d’un jeu qu’en insistant sur les moments où l’on résout les actions.

        Du coup, évidemment, le lancer de dés est un élément sur lequel le joueur n’a aucun impact (à l’inverse de l’usage du Jenga dans Dread, de la mécanique de pierre-feuille-ciseaux complexifiée de Burning Wheel,…, dans un roman fameux de Jim Thompson, The Grifters, on apprend cependant qu’il existe des techniques pour influer sur les mouvements du dés pendant le lancé^^). Certes.
        Sauf que le joueur a un impact sur le déclenchement de ces lancers de dés. Le gameplay d’une partie de JDR repose en grande partie sur la minimisation des risques. Ainsi le joueur ayant favorisé la caractéristique de Force pour son personnage cherchera à justifier les usages de la Force par son personnage.
        Dans d’autres situations le joueur devra gérer l’attrition des différentes ressources de son personnage, le positionnement de son personnage pendant les affrontements, répondre rapidement quand le MJ décrira le déclenchement d’un piège (pour éviter d’avoir à jeter les dés), etc, etc.

        On pourrait rétorquer que ce type de challenge se trouve principalement dans les jeux modernes. Sauf que non.
        Dans le podcast que nous avons enregistré autour du gameplay (le 53) je détaillais ce type de challenges dans les jeux les plus mainstream de tous : les différentes itérations de Donjons et Dragons.

        On peut citer la première, dont les mécaniques ont été remises sur le devant de la scène par le mouvement OSR qui insiste sur la prévalence des compétences du joueur sur celles du personnages.
        Dans le très fameux Quick Primer for Old School Gaming, Matt Finch insiste sur cette notion. Le joueur doit chercher à obtenir des descriptions de la part du meneur de jeu pour désamorcer les pièges (et éviter de déclencher des jets de sauvegarde).
        Cette optique se retrouve dans l’Appel de Cthulhu qui, dans sa cinquième édition (je n’ai pas plus ancien) propose une BD humouristique donnant des conseils aux joueurs : éviter le combat, recueillir de l’information avant d’entrer dans les maisons louches (un PJ pénétrant dans la maison Corbit est condamné si le joueur n’a pas collecté et analysé l’information). On retrouve des conseils similaires sur les façons d’éviter les combats/les jets de dés dans Unknown Armies.

        Mais on peut noter que DD4 est d’abord un jeu d’attrition et de Risk’n’Reward. Bien-sûr que le joueur n’a pas d’impact sur les jets de dés mais il doit constamment choisir quelles ressources sacrifier, quelle pièce visiter, s’il faut continuer le combat…
        Les donjons, signe ultra-classiques du JDR, induisent d’ailleurs des difficultés géométriques pour les joueurs.

        2) Sur la notion de challenge

        Par un parallèle avec le jeu vidéo tu affirmes dans ton premier article que le rapport au challenge est l’élément qui singularise le plus un JDR (plus, en tous cas, que le scénario et l’esthétique).

        Outre que cela fait longtemps qu’il existe des jeux vidéo qui ne se basent pas tant que ça sur le challenge (qu’on regarde du côté de la scène des Visuals Novels dans les 90’s pour s’en convaincre), je dois dire que cette mise en avant du challenge dans le JDR n’a jamais tellement correspondu à mes expériences de jeu (en tous cas pas toutes) que cela soit dans le cercle privé (à l’exception de quelques jeux bien spécifiques) ou en me rendant en convention.
        Si tu déplores l’absence de challenge, de play, dans le JDR c’est bien que tu as rencontré des personnes qui ne mettaient pas cette dimension en avant. Non ?

        Tu en déduis une prémisse fausse qui ne te permet pas de comprendre la signification du lancer de dé : la résolution doit être évaluée dans une optique de challenge. C’est en fait d’abord une question d’esthétique et de ressenti.

        Revenons à la définition forgienne du Système qui, tu le soulignais, incorpore aussi les particularités ludiques de l’univers du jeu (exemple : dans l’univers d’INS/MV si je fais flasher mon aura tous les anges et les démons savent qui je suis).
        L’importance de l’aléatoire est indissociable du ressenti des joueurs vis à vis de l’univers.

        Tu mentionnes les probabilités compensées, dans Fate par exemple. Elles ont un effet fort qui est de donner un sentiment de contrôle au joueur sur son environnement et sur les conséquences des affrontements.
        A l’inverse le système de résolution brutale et brutalement aléatoire d’Unknown Armies fout le joueur dans la peau du mec qui, dans une fusillade, se sent comme pris dans une tornade qu’il ne contrôle pas (je suis pour ma part persuadé que si j’avais à me battre à mort je n’aurai pas le sentiment que « mes réussites et mes échecs ne seraient pas mieux expliquées par les efforts que je déploie, les conditions de l’épreuve, la motivation et le calme, l’instinct, l’entraînement et l’habitude» ).

        Mais cela va plus loin.
        Je commentais il y a longtemps le jeu Mars Colony (http://lesateliersimaginaires.com/forum/viewtopic.php?f=49&t=2957) qui met le joueur dans la peau d’un politicien attendu comme le saveur mais qui n’a en réalité que peu d’impact sur l’efficacité des mesures politiques qu’il prend et qui a les probabilités de réussite contre lui.
        Ce sentiment d’impuissance, recherché par le jeu, vient forcer des choix moraux pour le joueur (exemple : mentir à la population en trafiquant les chiffres ou en menaçant la presse). Ici l’absence d’agentivité est, pas si paradoxalement que ça, au cœur du gameplay.

        Tu citais Wastburg qui fait partie d’une longue série de jeux qui mettent en avant un type d’aventure particulières, très appréciées des joueurs, où les PJs ratent souvent (et se rendent ridicules) mais où au fond ils parviennent presque tout le temps à s’en tirer.
        Cela explique la forte fréquence des échecs sur laquelle les joueurs n’ont que peu d’impact. Cela donne lieu à ces récits de parties, entendus à toutes les conventions, où les joueurs racontent avec hilarités les multiples foirades de leurs personnages (les fameux plans qui se déroulent avec beaucoup d’accroc).

        Au fond l’impact, plus ou moins marqué, de l’aléatoire obéit à une fonction esthétique forte (qui n’a que peu à voir avec la fascination superstitieuse à laquelle tu la réduit).

        Reply
        1. Sébastien Delfino Post author

          Commenter sur ce que je n’ai pas dit, qu’il s’agisse de ce que tu crois que j’ai omis ou de ce que tu imagines que je néglige mais avant même que la série se conclue est, au mieux, « de courte vue ».
          Les titres des articles à paraître, « Où se cache le gameplay rôliste ? » et « Le gameplay du roleplay », ne t’étaient pas du tout des indices ?

          De même qu’il est un peu curieux, quand je fais justement un assez gros pavé sur l’esthétique des dés et leur impact émotionnel, que tu le résumes à « une fascination superstitieuse » pour pouvoir m’accuser d’être réducteur.

          Si par contre tu veux à un moment répondre à ce que j’ai effectivement dit, on pourrait même avoir une vraie discussion (si ça t’intéresse).

          Reply
          1. Nicolyonnais

            Il me semblait, à moi, que l’exposé de Steve J, répond à ton affirmation, je cite :
            « Et si l’impact émotionnel est bien le seul argument valide en faveur de la résolution aléatoire, fort peu de concepteurs et de joueurs sont prêts à ce passer de cette fascination là. »

            Bin en fait, l’aléatoire ce n’est pas seulement un impact émotionnel mais un vrai outil ludique dans les exemples qu’il a donné…
            Ca me semble pertinent donc d’en parler pour rendre compte de l’utilité que peut avoir l’aléatoire dans le Gameplay d’un Jdr, à contrario d’un simple aspect poétique, émotionnel, etc.

      2. Sildoenfein

        @Sébastien

        1. Exactement. Tout un spectre. C’est pour cela que j’ai choisi « diluer », « diminuer ». Il y a plein de dosages possibles.

        2. Pourquoi le combat ? À mon sens pour plein de raisons, bonne et mauvaises, réfléchies ou non. L’habitude, la tradition, la facilité, le cœur authentique du jeu, un domaine plus sujet à discussion entre joueurs (statistiquement parlant) et qui nécessite donc d’être plus détaillé, un domaine plus facile à conceptualiser (sans doute une part d’habitude, de nouveau)…

        Je vais partir sur deux tangente, mais qui me parait intéressante. Dans les options pour le combat (mais pas que), on est en général sur des mécaniques qui sont une modélisation « réaliste » (cohérente, qui permet la suspension d’incrédulité) ou symbolique « d’une réalité ». Le chalenge ludique doit-il, pour toi, plutôt se baser sur cette réalité (diégèse), les choix des joueurs devant porter avant tout sur une efficacité et une logique manifeste dans la fiction (quitte à tordre les règles lorsque l’on se rend compte qu’elle ne reflète pas adéquatement les circonstances spécifiques de la partie, ou qu’elles sont buguées) ? Ou préfères-tu qu’il porte avant tout sur une efficacité et une logique manifeste dans les règles (et tant pis si la fiction semblait dicter autre chose) ? (C’est une vraie question, pas uniquement une manière de formuler.)

        La deuxième tangente est celle de la technicité. Quelle partie du chalenge doit passer par la capacité à utiliser les mécaniques ? (j’ai bien géré ma fatigue, mon karma, j’utilise la mécanique qui m’est la plus favorable) Quelle partie du chalenge doit passer par la capacité à manier les propriétés émergentes des mécaniques (on l’espère cohérentes avec la logique fictionnelle) ? Quelle partie du chalenge doit passer par la capacité à le faire soi-même en incarnant son personnage ? (Voire : quelle partie du chalenge doit passer par sa capacité à le faire soi-même entre joueurs). Plein d’équilibres différents à trouver avec ces curseurs.

        3. On s’est mal compris. Je parlais d’influencer comment l’on interprète finement le résultat des dés, surtout quand le système ne permet pas de le préciser. Est-ce que la joueuse ou le joueur préfère prendre un risque ou préfère-t-elle ou -t-il la sécurité ? Le bénéfice à long ou à court termes ? Jusqu’à quel point. Par exemple : « je le suis discrètement, mais je préfèrerais le perdre de vue que d’être repéré ». Je ne sais pas si cela tombe dans le champ de ton objection.

        À son propos, je ne suis pas d’accord sur le fait que négocier les règles dans un jeu qui n’est pas un jeu de négociation soit nécessairement un défaut. Pour moi cela dépend vraiment de l’esprit dans lequel on joue. Je pensais négociation comme discussion raisonnée, arrivant à un résultat qui satisfait tout le monde. Si les participantes et participants jouent en confiance, ils peuvent créer les options dont ils ont besoin au fur et à mesure et être effectivement décisionnaires. (Rulings, not rules ? Peut-être. Je sais pas.)(Oui, il y a des contextes de jeu où cette discussion raisonnée et cette confiance ne sont pas entièrement possibles.)

        Et tu pressens déjà ma réponse à ta question : oui il me paraît normal, dans la plupart des contextes de jeu qui m’intéressent, de négocier les règles au fur et à mesure. J’ai toujours joué comme cela, à la plupart des jeux, et je m’en porte bien. Quand j’observe les enfants jouer, ils jouent comme cela. Faire évoluer le jeu fait partie du jeu. Je pense que c’est le contexte historique du jeu adulte qui fait trop souvent passer cette pratique comme anormale. Les règles sont un point de départ, l’avis d’un expert (on l’espère), mais pas une loi immuable. (De nouveau : oui il y a des contextes de jeu où cela ne fonctionne pas. En particulier le jeu fortement compététif, surtout avec un enjeu fort. Ces pratiques ne m’intéressent vraiment pas.)

        4. J’aimerais être certain de ce que tu entends par « ludique » avant de répondre. Est-ce que cela implique qu’il soit conceptualisé, mécanisé, quantifié ? Est-ce que la partie ludique du chalenge passe avant-tout par la manipulation des parties mécaniques du système et sa partie narrative par le dialogue ? Si c’est oui, alors sache que ce genre de chalenge non seulement ne m’intéresse pas mais me rebute, et pourtant j’ai la ferme conviction de faire du jdr.

        5. Ah-ah ! La question ici est : qu’est-ce qu’avoir une influence _significative_. Dans l’exemple des jeux vidéos, un grand nombre d’entre eux offrent au joueur une influence forte sur des détails micro, généralement du combat (encore !) et aucune ou presque sur des évènements macro, généralement le déroulement de l’histoire. Cela ne semble pas gêner grand monde. Ce n’est un secret pour personne que beaucoup de scénarios de jdr suivent la même voie. Ce qui importe est : qu’est-ce qui est important pour le jouer ou la joueuse, c’est cela qui détermine s’il ou elle sera satisfaite de l’expérience, du gameplay. (Et il y a même des gameplays qui demandent une agentivité faible.)

        6. Si je suis resté sur le terrain de l’impression, c’est bien parce que je ne me sentais pas à l’aise de m’attaquer à une analyse plus rationelle. J’ai l’impression que tu évacues les gameplay qui ne te plaisent pas comme défectueux, mais la notion de gameplay reste trop floue pour moi pour pouvoir faire mieux.

        Et j’ajoute un :
        7. Il y a une question d’échelle, de zoom. Les dés ajoutent de l’incertitude, mais cette incertitude peut justement faire partie du chalenge. L’incertitude des dés est connue, elle est certaine. Lorsque je joue à Apocalypse World – un jeu ou l’on peut raisonnablement faire semblant de croire un moment qu’il n’y a pas d’influence des joueurs sur les jets – avec mon Taulier, je sais avec exacte certitude que si je fais combattre mon gang, il y a une probabilité de 41,67 % que je puisse utiliser 3 actions de la liste, de 41,67 % que je puisse utiliser seulement 1 action et de 16,67 % que le gang se retourne contre moi ou essaie de m’abandonner au main de mes adversaires. C’est une connaissance parfaite à partir de laquelle je peux prendre une décision raisonnée, le chalenge est accessible. Les joueurs de poker ne jouent pas autrement.

        Reply
  2. Black Pharaoh

    Houla… OBJECTION votre Honneur!!!

    Arrêtez cet homme… pour diffamation du produit rôliste^^

    Je suis étonné (déçu?) de voir que tu as une vision un peu « étroite » des JdRs avec dés. Ne pense-tu pas que tu fais d’immenses raccourcis là?

    Tes énoncés (aussi pertinents soient-ils), étaient peut-être vrais il y a encore 10-15 ans… mais aujourd’hui bon nombre de JdRs ont changé ces faits… notamment sur l’impossibilité de changer la donne (chance de réussite) « pendant » la partie…

    Je n’ai pas besoin d’aller chercher bien loin pour trouver un exemple. Rien que dans Monster of the Week (propulsé par l’apocalypse) mes Joueurs « pexent » (et donc modifient leur stat/chance de réussite) PENDANT la partie. Et c’est leur choix à eux, pas celui du Perso (réf à ta réflexion sur « c’est au Joueur de prendre la décision »)…

    Mieux que ça: ils ont des points de chance, qui ne sont pas que de simples joker. Ils ne leur permettent pas de relancer les dés ou d’avoir un bonus. Lorsqu’ils les utilisent on considère alors que leur jet de dés est automatiquement un double 6 (score max). Si ça ce n’est pas une manière de « directement » influencer la résolution de l’action pendant la partie, qu’est-ce donc?

    Et là où c’est intéressant c’est que ce n’est pas « sans conséquences » (rien n’est gratuit dans la vie). Car à chaque fois que les Joueurs claquent un de ces points, quelque chose de dramatique arrive dans la narration pour leur perso (ex: le sinistre voit son côté dark l’envahir et le posséder petit à petit, le parano découvre qu’il est la victime de son complot, etc)…

    Et le deuxième effet kisscool c’est lorsqu’ils les utilisent tous: l’invoqué voit l’apocalypse prendre forme, l’élu découvre que la prophétie était fausse et perd son immortalité/invincibilité, etc…

    Ce qui bien évidemment implique des choix tactiques/ludiques pour les Joueurs… entre la nécessité de réussir à tout prix leurs actions et devoir assumer les conséquences de leurs actes… et cætera…

    Tout ça juste pour te dire que c’était peut-être vrai AVANT (que les Joueurs ne peuvent pas modifier leurs chances de réussites pendant la partie) mais plus maintenant…

    Cela dit, j’ai apprécié ta remarque sur l’équiprobabilité, qui est (inutile de le nier) un hommage déguisé à la citation du Joker (un homme sain d’esprit comme chacun sait^^):

    « …And you know the thing about Chaos? It’s Fair… »

    Reply
    1. Sébastien Delfino Post author

      @ Black Pharaoh : Il y a des alternatives (j’en prépare un petit florilège pour la suite) et il y a toujours des contre-exemples pour tout. Ce n’est pas ce qui compte pour établir ni une critique générale d’une situation, ni des proportions.
      Je vais donc simplement te lister quelques jeux -sortis, ressortis ou dont la gamme continue ces derniers années- qui emploient encore une résolution aléatoire pour la très grande majorité des actions (presque tous font une exception pour le combat, c’est significatif et j’y reviendrai dans la suite). Dis-moi si tu reconnais ces titres, et s’ils te paraissent représentatifs du marché actuel du JdR :
      D&D 4, 5 et les dérivés du D20 (Symbaroum, 13° Âge, Chroniques Oubliées/Galactiques, Pathfinder…) , Star Wars : Aux Confins de l’Empire, Eclipse Phase, Les Ombres d’Esteren, Numenera et autres systèmes Cypher, Shadowrun 5, Cthulhu et les autres jeux motorisés en BasicRPG (Delta Green etc.), Savage Worlds (curieusement, il y a tellement de sous-systèmes dans Deadlands que ça devient difficile à évaluer), la plupart des jeux Cortex (à moins qu’on compte les « plot points »), l’Anneau Unique, Wastburg, Victoriana, Devâstra, Venzia, Terra X, White Lies, les récentes éditions du Monde des Ténèbres
      Tous ont bien moins de 10 ans, tous sont encore joués (et j’en oublie évidemment plein) : objection rejetée.

      Par contre, je reconnais volontiers que ça évolue : en fait, je n’aurais sans doute même pas eu l’idée de commencer ces articles s’il n’y avait eu assez d’évolutions mécaniques dans le JdR pour que de vraies alternatives apparaissent. 🙂

      Reply
      1. Yoann "Kellyan" Depriester

        Superbe article comme toujours avec toi [b]Wenlock[/b].

        Mais je souhaiterai réagir sur ta réponse faite à [b]Black Pharaoh[/b], sur la liste des jeux qui utilisent l’aléatoire.

        Si j’ai bien tout suivis et compris, ce que tu critiques, ce ne sont pas les mécaniques qui utilisent l’aléatoire ou le semi-aléatoire pour résoudre une action tout en permettant au joueur d’influer par des choix sur les chances de succès, mais les mécaniques utilisant l’aléatoire sans permettre au joueur d’augmenter ou diminuer ses chances de succès.

        Si c’est bien ça, pas mal des jeux que tu cites possèdes tout de même des mécaniques permettant d’améliorer ses chances de succès en toute situation. Je ne parle pas des modificateurs situationnels (genre +10% à l’attaque si on se trouve en hauteur), car dans trop de jeu, ils ne sont listés que pour la phase de combat et pour rien d’autre (ce qui, on est d’accord, est tout bonnement dommage). Je soulève plutôt ces réserves de points qui permettent d’avoir de « la chance ». Point de Chance (Chroniques Oubliées, Shadowrun), Aplomb (Cthulhu V6), Conviction (Devâstra), …

        Par contre, il est vrai que ces points de chances font partis d’une réserve en quantité limité. De fait ce n’est pas une influence systématique sur chaque jet, il faut toujours choisir les jets de dés sur lesquels les utilisés. Mais n’est-ce pas déjà un choix stratégique que celui de choisir ses batailles? De décider des moments où on prend le risque de lâcher le contrôle et de se manger brutalement la gueule, et des moments où prendre en main son destin?

        Bon ensuite, c’est vrai aussi que pour tous ces jeux, il faudrait fortement militer pour que les auteurs incluent dans la base des modificateurs situationnels pour tout type d’épreuve et pas uniquement celui du combat.

        Reply
      2. Black Pharaoh

        Bon j’attendrai de te lire sur le combat alors…

        Je ne serai te répondre pour te dire « s’ils sont représentatifs », n’étant pas certain de ce que cela signifie à tes yeux…

        Je vois Gumshoe par exemple, c’est un système qui m’a l’air assez populaire. Je l’ai surtout testé pour ma part sur Night’s Black Agents (« Jason Bourne vs les Vampires » comme disent les langues de vipères^^) et ça roule plutôt bien. Rien n’empêche un Joueur de claquer plusieurs points sur une action et d’avoir une réussite automatique (je parle bien entendu pour les actions physiques où tu dois faire des jets)… Ma critique sur ce système se fait ailleurs (la répartition obligatoire du pool de compétences + la préparation des indices bonus, etc) mais là n’est pas le sujet…

        Mais tu comme l’as dit toi-même, les choses évoluent… et les gens qui jouent à ces mêmes jeux (proposant de véritables alternatives) feront les jeux de demain, donc faut garder espoir…

        De là à dire ou se prononcer sur ce qui est (ou « doit ») être représentatif de notre loisir. Honnêtement je ne trouve pas cette question pertinente. En tant que rôliste, je n’ai pas envie d’une quelconque uniformisation des JdRs (dans un sens ou dans un autre)…

        Plein de jeux et de pratiques/systèmes différents… et c’est tant mieux…

        La seule chose que je vois uniformisée en ce moment, c’est le racket organisé sur la nostalgie… ou « crowdfunding populaires » comme disent les d’jeun’s^^ (mais là c’est un autre sujet là encore)

        Reply
        1. Sébastien Delfino Post author

          @ Kellyan et Pharaoh : J’accorde un peu de signage dans l’article suivant à tous les petits bidules qui affectent marginalement le pouvoir décisionnel des joueurs, y compris en effet les points de chances/destin/plot points, la disproportion du développement accordé au combat, posant la question « Pourquoi on ne le fait souvent que pour le combat ? » et passant un peu de temps sur les mécaniques qui, justement, développent plein d’autres choses.

          Quant à la représentativité, quel que soit le domaine, c’est une question de nombre et de visibilité (les deux paramètres interagissent) : GUMSHOE est peut-être un système populaire (en plus de procurer tout plein d’agentivité), mais si je peux facilement te citer 20 ou 30 systèmes plus joués, occupant plus de linéaires dans les boutiques, distribués par un paquet d’éditeurs et vendant carrément plus d’exemplaires (donc touchant sensiblement plus de monde) et qui présentent tous le même défaut de conception, alors on peut normalement affirmer que ce défaut est relativement représentatif du marché, oui.
          Note bien qu’à aucun moment je ne prêche pour l’uniformisation (?) : bien au contraire, je recommande d’en sortir (des proba d’abord, puis peut-être même des dés). ne serait-ce que parce que le standard pose problème, déjà (c’est tout le propos de cet article 4), mais de préférence pour promouvoir et développer d’autres choses (mais alors carrément !).

          Reply
  3. Pierre

    Bonjour M. Wenlock,

    D’abord, je te remercie pour cet ensemble (pas encore complet à l’heure de mon commentaire) d’articles sur un sujet très intéressant. Il m’amène plusieurs questions / commentaires :
    1°) A la fin, mettras tu une bibliographie des livres que tu as parcourus autour du sujet de l’aléa ? Personnellement, je suis curieux de savoir si tu as lu et ce que tu as pensé du livre « Uncertainty in Games » de « Designer X » a.k.a Greg Costikyan ?
    2°) Je pense également que, sous hypothèse de grosse agentivité de ma part, tirer les dés ne me suffit pas. Pour donner un exemple (pas vécu par moi), je joue à Pathfinder, j’ai un perso bien buildé, je joue le jeu : bonne défense de mes valeurs, bonne coopération et solidarité avec le groupe. Pourtant, sur un cession, il peut arriver que sur mes 25 tirages de dés, je ne dépasse pas le 5 au D20. Dans ce genre de situation, je trouve que ça pue. et aucun argument du type : l’aléa c’est bien, les dés suivent une loi polynomiale avec n valeurs équiprobables … ne va me consoler. Je sais que j’avais 1 chance sur beaucoup trop que cela arrive et pourtant c’est arrivé. Avancer les argument des dés et tout le toutim c’est comme si tu dit à un gars a qui on vient d’annoncer qu’il a un cancer : « c’est le hasard, tu sais, à ton âge, il y a 15 gars sur 250 000 qui ont ce genre de cancer, c’est tombé sur toi … ».

    Comme toi, j’aime bien jeter les dés également mais j’aime encore plus réduire l’incertitude.

    En tous cas, j’ai hâte de lire tes alternatives.

    Reply
  4. Sébastien Delfino Post author

    Vous aurez remarqué que je n’arrive pas à tenir les délais de publi que j’espérais : d’abord parce que j’ai d’autres contraintes, mais aussi parce que j’ai pas mal écrit le week-end et la nuit depuis le début de la publi, et que je le paye un peu ces derniers jours.
    Ça me chipote parce que, d’une part, ça m’oblige à faire attendre des gens, d’autre part ça met en suspens les contradicteurs à qui je me retrouve à répondre « je ne néglige pas ce point, mais il est dans la suite… qui prend du retard ». Ce que je trouve modérément courtois dans un débat.
    Mais comme les échanges autour du gameplay que j’ai eu depuis 8 jours informent aussi ma réflexion (c’était un des buts), je préfère prendre le temps d’y penser de mon mieux que de me mettre la pression.

    Ça me paraissait valoir la peine d’être dit.

    Reply
    1. Yoann "Kellyan" Depriester

      Pas d’inquiétude Wenlock. Vu la qualité des tes réflexions, on peut bien attendre un peu pour la suite 😀
      T’es pas un robot quand même 😉

      Va au rythme qui te permet de préserver tes forces et sans que ça nuise à tes articles. Moi je t’en demande pas plus 🙂

      Reply
  5. Pingback: JETER LES DÉS NE ME SUFFIT PLUS 5] Où se cache le gameplay du jeu de rôles ? | Radio Rôliste

  6. Pingback: JETER LES DÉS NE ME SUFFIT PLUS ou « Pourquoi le gameplay est important » – Memento Ludi

  7. Pingback: Jeter les dés ne me suffit plus :6] LES PROTAGONISTES – Memento Ludi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *